Astuces et matériel

Ici, les différentes astuces et matériels qui vont permettre de réussi mon projet.

En vrac, avec mes commentaires, essais, erreurs, réussites....

N'hésitez pas à me faire vos commentaires !

 

Tannage des pieds: J'ai utilisé de la NOKpour mes 2 premiers marathons. Puis plus rien, même pas pour les Templiers. Je suis partagé quant à son utilité. Pour la marathon d'Annecy et la grosse sortie de 43km, je n'avais rien fait et je n'ai eu qu'une ampoule au gros orteil du pied droit.  Dans un premier temps, je vais juste aller voir la pédicure pour enlever la corne sous laquelle apparaît l'ampoule. Il me restera du temps après pour tanner les pieds..ou pas. D'ailleurs c'est vers ce dernier point que je m'oriente pour l'instant. A suivre.

Finalement, je ne les tannerai pas car je n'ai eu aucun pb hormis une petite ampoule lors de mes courses de préparation. Je vais juste aller voir une pédicure lundi 9 pour les couper proprement et enlever le cal sous lequelle se forme habituellement mes ampoules. 

Bâtons: je vais en utiliser, des Forclaz 700 (Decathlon) en carbone. En revanche, ils resteront ouvert toute la course. Ils sont réglables par vissage, c'est l'enfer pour bien les régler. Donc, pas de changement de réglage en cours de route. Ils tiennent très bien accrochés au sac, croisés.

Spiruline: j'ai commencé à en prendre pour préparer et faire les Templiers. Impact impossible à évaluer hors cadre scientifique. Néanmoins, vu que j'ai passé cette épreuve sans encombre, je recommence! J'avais commencé la cure 2 mois avant, je refais pareil pour le marathon d'Annecy (18 avril).

Germes de blé: Même remarque que pour la Spiruline. Je rajoute qu'il ne faut pas s'attendre à devenir un avion du jour au landemain ;-)

Eau: 3 types d'eau consommées ==> Eau plate 20%, Rozanna (pour son apport en magnésium) 50%, St Yorre (pour la récup les jours d'entrainement) 30%. Cette recette est éprouvée depuis 3-4 ans maintenant et elle me convient bien. Pas de changement en vue. Cela ne tient pas compte des boissons énergétiques éventuelles (rare).

Descente = micro traumatismes = courbatures: c'est pour moi le factuer limitant de ma performance en trail. Il faut que j'intègre des séances de pliométrie dés début juin (en plus des séances de côtes) pour renforcer spécifiquement ma capacité à encaisser les descentes ==> Pas fait.

Veste : Chantier en cours. J'ai beaucoup de difficultés à me décider.J'ai relancé la question sur le forum Kikourou pour avoir l'avis d'autres utilisateurs, notamment sur ce type de courses. Vendredi, je vais en WE dans le Pilat près de chez Raidlight, je vais allé chez un de leur revendeur pour pouvoir comparer la Top R Light avec d'autre marques (Salomon entre autres). Ca va le faire. 

==> Finalement j'ai pris une Fusalp bleue :                                                                                                                                                                       J'ai profité d'un WE dans le Forez pour téléphoner à un magasin distribuant du matériel de trail pour savoir si ils avaient:
La maipo (Eider) et la Top-Extrême (RL).
Le vendeur, très avisé et de bon conseil, m'a également parlé d'une Fusalp.
2 jours après, me voilà au magasin a essayer les vestes en compagnie de ce vendeur:
La Maipo, trop typée rando a été écartée très rapidement. Le "match" s'est joué entre la RL et la Fusalp. J'ai finalement opté pour la Fusalp:
Elle a 3 grandes poches dont 2 pouvant contenir un roadbook(les RL ne pouvant contenir à peine mes mains), 1 cordon de serrage aux hanches, des scratchs de serrage aux poignets, une capuche (non retractable). Le textile m'a semblé moins fragile que la RL. Elle pèse un peu plus (280g pour 165g) mais est un peu moins chère (110€ contre 155€). Et en plus, la couleur est sympa sans être tape à l'oeil.

Depuis vendredi j'ai effectué 70km sous la pluie, le vent et le soleil (la totale): elle est bien imperméable, coupe-vent. Pour l'évacuation de l'humidité, c'est pas encore clair. C'est bon pour le tronc, un peu moins au niveau des bras mais j'ai couru en manches courtes.
Pour l'instant, je suis très satisfait de mon achat.
Je suis également sorti du magasin avec la micro-polaire (Odlo, 320g), chaussures trail Trabucco et ....un slip (eh oui, monsieur est fragile, et ce n'est pas un détail au bout de 98km).

                                                 

 

Micropolaire: une Odlo rouge ou vieille polaire avec manches coupées courtes.

Slip: important car j'ai régulièrement de très fortes irritations liées aux frottements (jusqu'au sang).  Ca sera un Thuasne, acheté en mai validé sur mes sorties (trail des Lavoirs, TGV...)

Poche à eau: J'ai opté pour une Lafuma de 3L. Je trouve que l'embout est plus pratique, le remplissage est possible par le haut ou le bas. De plus, l'ouverture du haut permet d'ouvrir en grand la réserve d'eau ce qui facilité le lavage. Il y a une gaine isotherme autour du tube qui frotte sur ma nuque et fini pas m'irriter au bout de 50 km. Je vais l'enlever pour la prochaine course.

==> Le 3 juillet à 20h30, c'est la tuile:la poche à eau fuit. Demain c'est le trail des glaciers de la Vanoise (72km, 3800D+). J'essaye de réparer en metant du gros scotch et en chauffant pour ressouder mais rien n'y fait. Il perd toujours au niveau du piquage du tuyau de la pipette. Finalement, je partirai avec 2l d'eau dans la poche à eau (même si elle fuit) + 2 L d'eau dans des bidons...Chargé comme un baudet!!!

Au final, je me rend compte qu'avec les ravitos, il suffit de partir avec "seulement" 1,5l et cela suffit  ==> D'alleurs, j'ai ramené ma poche perçée et le marchand me l'a changé pour une poche de 1,5l. Je rajouterai un bidon de 600ml. Affaire classée.

La boisson: Pour le TGV j'ai opté pour de la Saint Yorre dégazifiée + antioxydant (Overstims). C'est l'idéal pour moi: Reminéralise et retarde l'apparition des crampes (que je n'aurais pas du tout sur le TGV). C'est une vrai et bonne découverte pour moi qui avait tendance à me déminéraliser rapidement. Je n'ai même pas usé de gel (seulement 4) et de cachets de Sporténine (seulement 3)

L'alimentation en course: Jusqu'à présent, je négligeait cet aspect pour passer le moins de temps possible aux ravitos. Erreur. Le temps gagné est largement perdu en cas de coup de barre et surtout en cas de fatigue sur la fin du parcours. Sur le TGV, j'ai creuser un écart de plus de 1h avec un copain alors que nous étions ensemble à 12km de la fin.

Je prends du Tapioca avec moi et je le mange petit à petit lors des ravitos. Cela représente envion 750g que je mange en 3 fois. Je prends systématiquement un verre ou deux de coca pour faciliter la digestion, remettre le PH de l'estomac à niveau et prendre un dose de sucre rapide (la seule en course). Je prends également toujours des fruits secs, des glucides (pain de mie lors du TGV). A cela, je rajoute des barres de pâte d'amande (env 3/course de + du marathon).

Petites astuce que je viens de lire: prendre du café soluble car il n'y en a pas forcément au ravitaillement, notamment quand on attaque la nuit.

Pédicure: RDV pris le lundi 9 matin. Normalement c'est 10 jours avant la course mais j'ai quelques problèmes de cal qui faudra éliminer ==> Fait.

Protection du soleil: Pendre la saharienne avec la casquette. Prendre de la crême solaire (transvaser dans un petit tube).

 

 

 

 

 

8 votes. Moyenne 3.25 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×